0%
100%

Définition Écomobilité : tout ce que vous devez savoir !

La définition de l'écomobilité est attribuée à une mobilité plus durable, intégrée dans les villes pour réduire l'impact des transports sur l'environnement. Comme vous le savez, la plupart des sources d'émissions de gaz polluants des villes proviennent des transports. Avec des millions de véhicules en circulation à tout moment, les conséquences subies par les citoyens et l'environnement sont graves.

Dans cet article, nous tenterons d'expliquer en quoi consiste l'écomobilité, pourquoi elle est primordiale dans l'évolution de nos villes et quels sont les enjeux qu'elle fédère.

Qu'est-ce que l'écomobilité?

L'écomobilité est un mot résultant de la fusion entre les termes écologie et transport, créant alors son propre concept. L'écologie consiste en la défense de la nature et de l'environnement. Le transport en un système de moyens mis en œuvre pour transporter des individus et des marchandises d'un endroit à un autre.

Ce terme est souvent associé au développement durable, qualifié par la Commission mondiale sur l'environnement et le développement de cette manière : « répondre aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Rapport Brundtland, 1987).

L'écomobilité découle donc de la nécessité d'introduire le concept d'écologie dans les transports, dans le but de pouvoir permettre des déplacements pratiques qui impacteront moins, voir plus du tout l'environnement et les générations futures.

Pourquoi mettre en place l’écomobilité ?

Après tous les efforts mis en oeuvre pour réduire l'empreinte carbone de la planète, si on ne tient pas compte des déplacements (marchandises en camion, privés en voiture), c'est comme si on ne faisait rien. Pour atténuer ces problèmes, l'éco-mobilité serait donc la solution. Elle consiste en une mobilité durable et pratrique, intégrée dans les villes pour restreindre l'impact des déplacements sur l'environnement.

Pourquoi l'intermodalité ?

L'intermodalité urbaine consiste en un transfert de personnes et de marchandises à travers la gestion de mode de transports combinés. C'est un système qui intègre l'ensemble du réseau de mobilité urbain, à savoir les transports en commun (train, tramway, métro), les vélos et trottinettes (privés ou en libre service,électriques ou non), l'autopartage ou autres, dans le but viser une mobilité durable.

À mesure que le développement des villes s'étend, les prix des loyers ne cessent d'augmenter et la population n'a d'autre choix que de s'excentrer pour se loger. Ce constat va généralement de pair avec les transports en commun et rend crucial l'intermodalité dans les transports publics. La plupart des agglomérations disposent déjà d'une variété d'options de transport intermodal.

La clé de l'intermodalité résulte donc de l'imbrication entre chacun des modes de transport alternatifs. Ainsi, en fonction des métropoles et de leurs équipements (transports en communs, vélos ou trottinettes en libre accès, autopartage) les utilisateurs choisissent, en fonction de leurs besoins, comment effectuer chaque trajet. Favoriser l'intermodalité permet alors de participer à l'éco-mobilité, en choisissant le moyen de déplacement le plus adapté pour diminuer la consommation d'énergie, la pollution, les coûts et les embouteillages.

À quels problèmes l'écomobilité répond-elle ?

Enjeux de santé publique

Il est important de favoriser les modes de transports plus durables dans les villes si nous voulons restreindre les décès prématurés dus à la pollution. En effet, l'utilisation de moyens de transports polluants est non seulement néfaste pour l'environnement, mais est également à l'origine de centaines d'accidents par an tout en réduisant considérablement l'efficacité des routes (embouteillages, générateurs de stress).

En plus d'augmenter les inégalités au niveau social, on dit que la contamination de l'air est un agent silencieux qui est à l'origine de la mort de nombreuses personnes. De plus, il aggrave les cas d'asthme, d'allergies et d'autres problèmes respiratoires et cardiovasculaires. Pour cette raison, nos transports doivent être les plus écologiques possibles.

Chaque jour, l'écomobilité prend de plus en plus de poids dans la société. Il est très courant de voir que le terme fait maintenant partie du vocabulaire commun et que de plus en plus de citoyens délaissent leurs voitures pour le vélo par exemple. L'empreinte écologique laissée par nos trajets individuels augmente chaque année. Au niveau individuel, cela ne veut rien dire au niveau mondial, cela devient tout de suite plus alarmant.

Questions fréquentes mobilité douce

Enjeux de trafic urbain

L'utilisation de la voiture et d'autres véhicules qui nécessitent des carburants polluants est démocratisée. Chaque déplacement en voiture émet chaque jour des tonnes de CO2 dans l'atmosphère. De plus, il faut tenir compte de l'acheminement des marchandises. Bien qu'il soit lié à l'économie et à la croissance (par la création d'emplois), c'est un secteur assez polluant. C'est dans ces branches de transport que des actions doivent être mises en place pour favoriser l'éco-mobilité.

L'importance de l'écomobilité réside dans la nécessité d'améliorer la qualité de l'air et la santé dans les zones urbaines. Près de 40 % des émissions de gaz polluants dans les villes proviennent des transports commerciaux.

Contrairement aux idées reçues, l'utilisation de véhicules polluants affecte non seulement l'environnement ou la santé, mais aussi l'économie et le domaine social. C'est en partie dû à l'augmentation des sinistres, aux inégalités et à la perte de compétitivité due à l'excès de véhicules en circulation.

Un autre facteur à prendre en compte dans la mobilité durable est le tracé des routes. Les voies doivent être localisées de façon à ce que les distances à parcourir et les embouteillages soient minimes. Il est prouvé qu'un embouteillage pollue davantage que le trafic routier. Lorsque l'on a la possibilité de prendre un vélo pour effectuer son trajet quotidien, ce serait pertinent.

D'autre part, la mise en place de voitures et autres engins dont le carburant est moins polluant et à zéro émission est considérée comme la prochaine priorité. On parle de véhicules électriques (majoritairement les voitures, les bus et les camions). Si la production d'électricité provient d'énergies fossiles (lithium pour les batteries par exemple), elle polluera lors de sa création, mais pas pendant son utilisation. Il convient également de se pencher sur le recyclage de ces batteries. Donc la source d'énergie provient d'énergies renouvelables, le véhicule n'aura aucune émission.

Enjeux de bien-être

Aujourd'hui, la pollution causée par les moyens de déplacements privés est une véritable catastrophe. Les niveaux de pollution atteints dans certaines agglomérations sont très négatifs pour la santé, entraînant des allergies, de l'asthme, des problèmes pulmonaires et, à terme, des décès. En parlant chiffres, 40% du CO2 rejeté dans l'atmosphère des métropoles est dû aux déplacements commerciaux.

De même, les voitures individuelles rejettent quotidiennement des tonnes d'émissions de gaz à effet de serre dans l'environnement, notamment dans les embouteillages. Ce soucis au niveau individuel pourrait être résolu par l'utilisation des transports en commun ou d'un vélo en remplacement de la voiture privée, et au niveau territorial par la construction d'infrastructures cyclables plus larges, avec un réseau mieux desservi.

Quelles sont les mobilités douces ?

Il existe de nombreuses solutions pour parvenir à une mobilité plus durable, et ça passe par le fait de favoriser les modes de déplacements plus écologiques, appelés mobilités douces, nous avons déjà abordé ce sujet dans un précédent article que vous pourrez retrouver juste ici. Pour résumer, ce terme englobe tous les moyens de déplacements qui font appel votre force physique. Cela peut donc être de manière individuelle le vélo (qu'il soit électrique ou mécanique), la marche à pied, la trottinette (électrique ou classique), le roller ou même le skateboard.

De manière collective, elles peuvent aussi inclure d'autres moyens de transport moins nocifs pour l'environnement, tels que :

  • Les transports en commun : le train, le bus ou l’autocar vont limiter l’empreinte carbone des déplacements
  • Les voitures électriques : avec une émission de gaz à effet de serre limitée.
  • L’autopartage : permet de mutualiser les frais d'une flotte automobile à l'ensemble des utilisateurs.
  • Le covoiturage : permet de limiter les frais d'essence tout en limitant le nombre de véhicules, et ce, de manière conviviale.

Alors au sens plus large du terme, qu'entend-on par transport durable ? Selon le Conseil des ministres des Transports de l'UE, c'est un mode de transport qui :

  • Permets la satisfaction des besoins d'accès et de développement des individus, des entreprises et de la société de manière sûre et cohérente avec la santé humaine et l'écosystème, et qui favorise l'équité avec et entre les générations successives.
  • Est abordable, fonctionne efficacement, offre différentes options de mode de transport et constitue la base d'une économie compétitive ainsi que d'un développement régional équilibré.
  • Limite les émissions et les déchets à la capacité de la planète à les absorber, limite la consommation de ressources renouvelables en dessous ou au niveau de leur production. Mais aussi utilise les ressources non renouvelables en dessous ou au niveau de développement des substituts renouvelables, et minimise l'utilisation de l'espace et l'émission de bruit.

Le transport et le déplacement des individus a une grande influence sur l'environnement. En prenant en compte tout ce qui l'entoure ainsi que l'augmentation de la population en zone urbaine, l'enjeu est de maîtriser la demande croissante de mobilité sans la limiter. Et n'oublions pas, tout en minimisant ses effets négatifs (CO2, bruit, accidents, congestion, taux d'accidents, etc.) et en maximisant ses effets positifs (développement économique, équité sociale et qualité environnementale).

De nombreuses aides on été mises en place par l'état, comme par exemple le forfait mobilités durables. La mobilité douce fait également son chemin dans les entreprises, où elle peut être accessible à moindre coût pour les salariés. Pour en savoir plus sur l'égibilité de votre structure, n'hésitez pas à nous contacter ci-dessous :

Renseignements entreprise

Pourquoi doit-on utiliser l’écomobilité en ville ?

Utiliser l'éco-mobilité en ville amènerait donc à de nombreux avantages sur le long terme. De manière individuelle, cela vous permettra d'améliorer votre santé, de limiter vos dépenses en essence et d'entretien. Vous pourriez être amenés à réduire votre temps de trajet, pour peu que votre travail soit accessible à vélo, ou en transport en commun par exemple.

De manière collective, cela aura pour impact d'améliorer la qualité de l'air, de restreindre le nombre de voitures sur les routes et les embouteillages, d'améliorer les infrastructures cyclables grâce à l'augmentation des vélos sur les pistes.

De manière générale, la mobilité durable se déploiera ainsi dans tout le territoire pour favoriser les vélos, trottinettes et autres déplacements doux aux dépens des voitures polluantes et individuelles.

En outre, aller vers une mobilité plus douce doit aussi s'accompagner de changements dans les politiques de mobilité territoriales. L'effort doit être tourné vers les infrastructures et l'amélioration de la voirie afin de fluidifier les déplacements sur le territoire. Et ce, dans le but d'améliorer les trajets à vélo, d'ajouter des arrêts de bus et tram pour favoriser l'accès pour les zones périurbaines. Les autorités organisatrices doivent donc cumuler leurs efforts afin de favoriser le transport doux au sein de leurs territoires.

L'essor de la mobilité électrique

Au fil des ans, les pratiques de déplacement on changé. Diminuer les déplacements polluants nécessite des déplacements plus raisonnés, sans rogner sur le côté efficace et rapide. La mobilité urbaine propose maintenant de nombreux modes de transports alternatifs tels que les deux-roues, les vélos en libre service, les vélos à assistance électrique, pour aller vers une mobilité plus verte. L'augmentation des tensions liées au pétrole n'a de cesse de faire hésiter les habitants à changer d'engin pour une voiture électrique. Les industries produisant des véhicules électriques connaissent d'ores et déjà un boom, il se dit même que l'industrie automobile basculera dans le 100% électrique bien avant 2035.

Pourquoi TRIVIA s'engage en faveur de l'écomobilité ?

Le constat est clair, la mobilité durable fait son chemin dans les grandes agglomérations, améliorant la qualité de vie et contribuant à réduire les diverses contaminations, tant environnementales que visuelles et sonores. L'écomobilité prend chaque jour plus de poids et s'immisce dans notre vocabulaire, car l'empreinte écologique que nous laissons avec nos moyens de transport ne peut et ne doit pas être sous-estimée.

En ce sens, il nous est primordial de mettre en place des actions de déploiement afin que la mobilité douce puisse se démocratiser au sein de nos villes et zones urbaines. Nous aidons les entreprises et collectivités du territoire à mettre en place un plan de mobilité durable simple et efficace en mettant à disposition une offre de transport connectée et mutualisée (vélo ou trottinette électrique) au sein de leurs structures.

N'hésitez pas à nous contacter ci-dessous pour obtenir des renseignements, nos experts mobilité sont là pour vous aider !

NOUS CONTACTER

Définition Écomobilité : tout ce que vous devez savoir !

L'Écomobilité comprend les moyens de transport respectueux de l'environnement et socialement inclusifs. Découvrons son but.

Lire l'article   »

Comment gérer une flotte de véhicules ?

La gestion d'une flotte de véhicules incombe les nombreuses actions et processus mis en œuvre pour pérenniser les déplacements des collaborateurs d'un site. Découvrez ses spécificités.

Lire l'article   »

Quelle est la différence entre la RSE et le développement durable ?

Le développement durable est essentiel pour la croissance à long terme d'une entreprise. Distinguez plus clairement ses différences avec la RSE.

Lire l'article   »